Le PS exige un changement de cap immédiat de la politique budgétaire

Avatar of Adminis Adminis - 12.02.2017 - Communiqué de presse

C’est avec soulagement grande satisfaction que le PS du canton de Berne prend note du net rejet de l’imposition des entreprises – avec 68.4 % de non au niveau cantonal. Le peuple a réalisé l’énorme préjudice que la réforme aurait causé aux communes et au canton et il a opposé une fin de non-recevoir à cette arnaque de plusieurs milliards des partis bourgeois. Le PS du canton de Berne exige par motion urgente la révision de la stratégie fiscale cantonale et l’arrêt immédiat du programme de réductions prévu.

Le rejet de la RIE III constitue un camouflet retentissant pour la politique des partis de droite, axée uniquement sur les intérêts des grandes entreprises, sans accorder la moindre attention au bien-être de la population. Le peuple l’a bien compris et a suivi le PS, instigateur du référendum. Les excès de la RIE III, constitués en majeure partie par les réductions prévues des impôts cantonaux sur les sociétés, auraient coûté plus de 300 millions de francs au canton, villes, communes et paroisses comprises, aux dépens du service public. Le NON du peuple bernois à la RIE III peut donc être considéré comme un rejet clair de ces diminutions d’impôts. « Le PS du canton de Berne demande que la décision du peuple soit respectée, et que par conséquence, les baisses d’impôts prévues et les mesures d’économie de 300 millions de francs planifiées par le gouvernement soient abandonnées », déclare la présidente du parti Ursula Marti.

A la place, il faut élaborer une nouvelle stratégie fiscale qui réponde aux besoins des villes et des communes, et tienne compte du nouveau projet RIE III qui sera développé au niveau fédéral. Des instruments discutables comme l’impôt sur le bénéfice avec déduction des intérêts ou les déductions supplémentaires des coûts de la recherche et du développement n’y ont pas place. Pour qu’elle soit acceptable, la future stratégie fiscale doit être équilibrée et susceptible d’être financée par des recettes supplémentaires, par exemple au moyen de la réévaluation des terrains. Le PS ne tolérera aucune baisse d’impôts entraînant le démantèlement des prestations de l’Etat, que ce soit dans la formation, la santé, les transports publics ou dans d’autres services et infrastructures.

En outre, le PS demande à la directrice des finances du canton de s’impliquer activement dans le réexamen de la RIE III au niveau fédéral et de défendre les intérêts du canton, qui est doté de nombreuses industries et de peu de sociétés à statut particulier. Cet engagement a cruellement fait défaut jusqu’ici. La RIE III ne doit pas se fonder uniquement sur les cantons riches disposant de nombreuses sociétés à statut particulier. Le canton doit également œuvrer sur le plan national pour instaurer une limite inférieure au taux d’imposition et à l’imposition des dividendes. La concurrence fiscale a des conséquences dévastatrices pour toute la Suisse, tout particulièrement pour un canton industriel comme le canton de Berne.

Comments are disabled for this post.

0 comments