News

Pas de franchise sur les tests du Covid-19

Communiqué de presse

Le groupe PS-JS-PSA a déposé une motion qui demande que les tests du Covid-19, effectués auprès de personnes symptomatiques ou dans le cadre d’une stratégie de traçage de contacts, soient gratuits et exemptés de franchise. Les personnes à bas revenus ne devraient pas renoncer à des tests par peur des conséquences financières qu’ils engendrent. Un accès à toute la population à la stratégie de tests à large échelle contribue à endiguer l’épidémie et profite l’ensemble des habitant-e-s.

Afin de protéger la population contre le Covid-19, il faut qu’un grand nombre de personnes symptomatiques se fassent tester. Lorsqu’un cas positif est détecté, les contacts proches doivent être retracés, mis en quarantaine et également testés1. Cependant, la clé de répartition financière actuelle de ces tests est clairement insatisfaisante. Selon l’OFSP, les cantons devraient assumer les coûts des tests des personnes symptomatiques non hospitalisées, alors que les personnes particulièrement vulnérables devraient payer les tests en partie elles-mêmes, via leur franchise. Ceci est inacceptable d’une part pour les cantons car les caisses maladies devraient davantage participer aux coûts, d’autre part il y a une inégalité de traitement auprès de la population. La prise en charge des tests de contacts de cas testés positifs n’est pas non plus clairement définie. Certaines personnes pourraient donc renoncer à se faire tester par peur des coûts que cela engendre pour eux. Pour limiter la propagation du virus, les tests devraient être effectués à large échelle et accessibles à toute la population qui remplissant les critères déterminés.

C’est pourquoi le groupe PS-JS-PSA demande au Conseil exécutif d’intervenir auprès de la Confédération pour que les tests du Covid-19 ne soient pas soumis à la franchise et disponibles gratuitement pour toutes les personnes symptomatiques ou contacts de cas positifs. Si une solution nationale ne devait pas être trouvée, le Conseil exécutif devrait chercher une solution cantonale afin de minimiser les coûts individuels. Selon la députée PSA et épidémiologiste Maurane Riesen : « Il n’est pas acceptable que les milieux modestes soient davantage touchés par le Covid-19 à cause de la barrière financière que peut représenter le coût de ces tests ». La députée PS et médecin Nazan Walpoth mentionne que « d’un point de vue épidémiologique, il est important que le plus possible de personnes potentiellement infectieuses se fassent tester. Les coûts ne doivent pas constituer un obstacle à cette stratégie de contrôle ».

-> Motion « Pas de franchise sur les stratégies de contrôles »

 

[1] National COVID-19 Science Task Force (NCS-TF) Policy brief 26.04.2020: SARS-CoV-2 contact tracing strategy : epidemiologic and strategic considerations

Projet Statu quo+: manque de vision et d’ambitions

Communiqué de presse

Le Parti socialiste du canton de Berne constate que le projet de loi ne propose pas une réelle avancée en termes de compétences pour la minorité francophone du canton mais ancre certains changements liés aux conclusions du rapport final de 2014 et la pratique actuelle. Il regrette le manque de vision quant au positionnement du Jura bernois, des francophones et du bilinguisme dans le canton.

Le PS canton de Berne regrette que la modification de loi proposée ne soit pas plus visionnaire et ne propose pas une évolution plus ambitieuse en ce qui concerne les droits pour la région du Jura bernois ainsi quepour la population francophone de l’arrondissement administratif de Bienne et le bilinguisme du canton. En effet, le PS aurait souhaité qu’une réflexion, en parallèle des recommandations de la commission d’experts sur le bilinguisme, soit effectuée sur la pro-motion du bilinguisme et le soutien de la minorité francophone du canton et qu’elle soit asso-ciée, en partie, dans le projet de Statu quo+. A ce propos Samantha Dunning, députée, s’exprime : « Ce projet manque d’ambitions pour encore davantage promouvoir la région du Jura bernois et les francophones de l’arrondissement de Bienne mais surtout le Conseil exécutif n’en profite pas de poser les bases pour développer le bilinguisme de la région et du canton, c’est dommage ».

Toutefois, le PS canton de Berne apprécie particulièrement la perméabilité des fonds entre le Fond de loterie, le Fond du sport et le Fonds pour l’encouragement des activités culturelles qui est une bonne avancée en matière de compétences pour le CJB et qui correspond aux besoins de la région. Le PS souhaite en plus que les compétences du CJB relatives au Fonds de Loterie et Fonds du Sport puissent être régularisées, dans le cadre de la base légale cantonale, à l'aide d'une propre directive. Le PS regrette que certaines avancées, comprises dans le rapport de la Chancellerie sur le projet Statu quo+, aient été abandonnées au cours du processus. Selon Maurane Riesen, députée « le canton a promis un statu quo+ à la population du Jura bernois dans le cadre du vote sur l'appartenance cantonale, il faut qu'il respecte sa part du marché. »

 

L’extension du périmètre du CAF dans la loi est également un point très positif car cela permet de reconnaître la présence de personnes francophones dans les communes aux alentours de Bienne. La reconnaissance et le soutien au fonctionnement de la FICD est aussi une avancée notable; elle régularise une situation existante. Tous les cantons latins ont une fédération canto-nale de coopération internationale. Cette nouvelle mention dans la loi permet d'institutionnaliser la participation du Jura bernois à cette structure intercantonale importante qui comprends de nombreuses ONG ayant leur siège dans la Berne francophone.

Le PS canton de Berne rappelle l’importance d’une communication permanente et transparente entre le CJB et le CAF ainsi qu’avec le canton. Par exemple, le CAF devrait systématiquement être consulté, tout comme le CJB, dans les rapports et ordonnances concernant le statut particu-lier du Jura bernois au sens de l’art. 5 de la Constitution cantonale et/ou qui concernent la popu-lation francophone de l’arrondissement administratif de Bienne, certains changements dans le Jura bernois pouvant avoir une répercussion directe ou indirecte sur la population francophone de l’arrondissement administratif de Bienne, et vice-versa. D’ailleurs, il serait appréciable que le CAF et le CJB reçoivent systématiquement un retour des Directions ou du Conseil exécutif sur les procédures de corapport ou de consultation avant le passage des affaires au Grand Conseil.

Enfin, le PS canton de Berne demande à ce que l’on supprime le terme « minorité » au bénéfice de « population » lorsque la population francophone de l’arrondissement administratif de Bienne est désignée puisque dans certaines communes la minorité devient relative dépassant parfois les 40% de la population.

-> Prise de position

Le PS du canton de Berne annule son congrès

Communiqué de presse

Compte tenu de la situation exceptionnelle engendrée par la crise du coronavirus et en raison des dispositions prises par les autorités, le PS du canton de Berne annule son assemblée des délégués du 1er avril prochain. Au nom du congrès, la direction du parti a décidé des consignes de vote en vue des votations du 17 mai.

La direction du PS du canton de Berne a décidé d’annuler le congrès du 1er avril prochain. D’une part, les dispositions prises par les autorités ne permettent plus des événements de cette taille, et d’autre part, le PS ne veut pas exposer les gens à des risques supplémentaires. De plus, le PS invite ses membres et ses sections à respecter impérativement les directives des autorités et à renoncer autant que possible à tout contact social. À cet égard, le PS du canton de Berne recommande à ses sections de reporter immédiatement leurs éventuelles assemblées.

Les affaires et propositions au congrès seront traitées lors du prochain congrès, le 22 août. Seules les consignes de vote pour les votations du 17 mai ont dû être décidées. En tant que représentante du congrès, la direction du parti s’est chargée de cette décision. Elle rejette à l’unanimité l’initiative de limitation, la loi sur la chasse ainsi que les cadeaux fiscaux pour les familles aisées et recommande donc de voter trois fois non.

L’autonomie communale pour les droits politiques !

Communiqué de presse

Le groupe socialiste (PS-JS-PSA) veut modifier les bases légales pour que les communes puissent librement étendre le droit de vote et d’éligibilité en matière communale à d’autres catégories d’habitant.e.s que les Suisses.sses résidant dans le canton et étant âgé.e.s de plus de 18 ans.

Le contexte démographique des communes bernoises varie beaucoup et dans certaines communes le taux de personnes étrangères représente plus d’un tiers de la population. Les décisions prises au niveau communal ne correspondent donc pas toujours aux besoins de l’ensemble de la population puisque qu’un tiers de celle-ci est automatiquement exclu du processus démocratique. Il est ainsi nécessaire de permettre aux communes de mieux impliquer les résident.e.s étranger.ère.s dans la vie de la cité en leur octroyant des droits politiques.

L’autonomie communale est une valeur chère au canton de Berne. Ainsi, il est aussi important qu’elles puissent décider elle-même en matière de droits politiques sur le territoire communal. Bien entendu, le canton de Berne doit pouvoir soumettre un cadre avec certaines conditions concernant notamment le nombre d’années de résidence en Suisse et dans le canton et/ou le permis de séjour. Selon Samantha Dunning, députée PS, « les communes devraient évaluer elles-mêmes si les personnes étrangères, peuvent obtenir le droit de participer aux décisions concernant, l’école, la culture, l’aménagement urbain, etc.

Motion « L’autonomie communale pour les droits politiques ! »

Signe important envers les gens du voyage

Communiqué de presse

Le PS du canton de Berne se réjouit vivement du oui en faveur de la place de transit à Wileroltigen. La campagne haineuse des opposants n’est manifestement pas parvenue à rallier la majorité. Le PS se félicite que l’extension de la norme pénale antiraciste ait nettement passé la rampe. Avec le non à l’initiative sur le logement, le problème de la rareté des logements et des loyers excessifs reste entier, en particulier dans les zones urbaines.

Le oui à la place de transit à Wileroltigen est un signe important envoyé aux gens du voyage. La population bernoise montre ainsi son soutien à cette communauté et à son mode de vie. Le PS du canton de Berne se félicite que la campagne haineuse menée par les opposants n’ait pas réussi à rallier la majorité. Ce résultat est notamment à mettre au compte de la conseillère d’État Evi Allemann, qui a contribué à faire passer cette question délicate avec le doigté nécessaire. Le PS espère désormais que le projet sera rapidement mis en œuvre et que les autres cantons prendront exemple sur Berne pour créer des places de transit supplémentaires.

Le PS du canton de Berne prend également acte avec beaucoup de satisfaction du oui net à l’extension de la norme pénale antiraciste. Dans le cadre de sa campagne cantonale, le PS s’est impliqué dans un grand nombre d’actions, en organisant notamment une fête bigarrée pour sensibiliser le jeune public à ce projet de loi. L’extension de la protection contre la discrimination contribuera à mieux protéger les homosexuels et les bisexuels en prévoyant des sanctions contre tout dénigrement manifesté à leur égard. Les recherches montrent que l’incitation publique à la haine contre les minorités peut conduire à des crimes violents.

Le PS du canton de Berne est déçu que l’initiative sur le logement ait été rejetée. La Confédération et les cantons auraient enfin été tenus d’encourager plus activement la réalisation de logements d’utilité publique. Il convient maintenant de trouver d’autres solutions, car le problème de la rareté des logements et des loyers excessifs reste entier, en particulier dans les zones urbaines. Le PS présentera donc des propositions alternatives au niveau cantonal et communal.

Plus d’égalité des genres, plus de respect

Communiqué de presse

Comité bernois « Pour une protection contre les discriminations OUI »

Aujourd’hui, le comité bernois « Pour une protection contre les discriminations OUI » a présenté ses arguments en faveur de l’extension de la norme pénale antiraciste. En ne tolérant plus la haine et le dénigrement, la modification de la loi garantit une plus grande égalité des genres pour les lesbiennes, les gays et les bisexuels et une société plus respectueuse.

Pour la conseillère nationale PS Tamara Funiciello, l’extension de l’interdiction de la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle est indispensable. « L’extension de la loi antiracisme est un pas en direction de l’égalité des genres des lesbiennes, des gays et des bisexuels et un instrument de poids permettant d’agir contre la haine, le dénigrement et la discrimination. » L’avocat Dominic Nellen rappelle quant à lui le vide juridique actuel. La diffamation ne peut être invoquée que s’il est porté atteinte à l’honneur d’un individu ou d’un petit groupe de personnes. En général, les commentaires désobligeants ou haineux à l’encontre des bisexuels et homosexuels ne sont pas punissables. Dominic Nellen est d’avis qu’en tant que société, « nous devons démontrer à l’aide de normes pénales que nous ne tolérons pas ce genre de comportement. »

Les opposants à l’extension de la loi antiracisme craignent qu’elle ne restreigne la liberté d’expression. Selon le comité, cette crainte est infondée. La liberté d’expression est un bien précieux qu’il faut protéger, mais les libertés s’arrêtent là où elles limitent ou même discriminent les autres. « Il est possible d’exprimer une opinion ou critique objectives sans porter atteinte à la dignité humaine. La haine n’est pas une opinion ! », déclare Lisi Dubler, co-présidente des Jeunes Verts du canton de Berne. Accepter l’extension de la loi antiracisme, c’est clairement dire oui à une société fondée sur le respect. Nous, les Suisses, attachons beaucoup d’importance au respect mutuel. La haine et le dénigrement bafouent ces droits fondamentaux. Pour la députée PVL au Grand Conseil, il est clair que « si quelqu’un attise la haine, il ne faut pas que cela reste impuni. Nous ne voulons pas d’une Suisse où la violence et la discrimination sont tolérées. »

Cédric Némitz, conseiller municipal de Bienne et directeur des écoles, rappelle que l'homophobie est toujours d'actualité, notamment dans les écoles. Dans ce sens, poser un interdit dans la loi fait du sens : « Cela peut aider les éducateurs et les enseignants à rappeler les valeurs qui s'appliquent dans notre société et les règles de vivre ensemble dans notre pays ».

La santé doit rester une tâche cantonale

Communiqué de presse

Le PS du canton de Berne s'inquiète à propos de la vente de parts du capital-actions de l'Hôpital du Jura bernois. Cette vente surprend alors que la stratégie de la santé cantonale n'a pas encore été discutée par le Grand Conseil. La politique de la santé doit rester une tâche incontournable du service public et ne peut pas être laissée à des intérêts privés axés sur le profit.

Le PS du canton de Berne s'alarme de voir le canton de Berne vendre une partie de ses hôpitaux. Il est particulièrement étonnant qu'une décision aussi importante intervienne avant que le Grand Conseil n'ait eu l'occasion de s'exprimer à propos de la stratégie cantonale de la santé. D'autant qu'une motion y a été déposée lors de la dernière session d'hiver demandant d'analyser une éventuelle participation privée dans l'hôpital de Moutier : on envisage bien une étude et non une mise en œuvre !

Le PS du canton de Berne s'inquiète des conséquences que peut avoir une vente de parts sur les conditions de travail du personnel ainsi que sur le maintien des emplois. Le PS attend du canton qu'il assume ses responsabilités et renonce à toute nouvelle vente. Il s'agit en tout cas de maintenir une participation majoritaire dans l'actionnariat. La qualité et la sécurité des prestations de santé doivent être clairement garanties.

Avec cette vente du capital-actions, le Conseil exécutif donne un mauvais signal. Cela ne doit en aucun cas provoquer d'autres privatisations hospitalières dans le canton de Berne. Le PS attend bien au contraire du gouvernement qu'il développe une stratégie claire, notamment pour faciliter les synergies entre les différents hôpitaux publics bernois. Le canton ne peut pas se dégager de ses responsabilités envers ses hôpitaux. La santé reste une responsabilité de l'autorité publique et de peut pas être abandonnées à des intérêts privés seulement intéressés par les gains.

Pour un congé parental digne de ce nom, maintenant !

Communiqué de presse

Lors de son congrès, le PS du canton de Berne a décidé de lancer une initiative cantonale pour un congé parental digne de ce nom. Le parti a également dressé un bilan des élections fédérales du 20 octobre 2019, et donné les consignes de vote pour les votations du 9 février 2020.

Le congrès du PS du canton de Berne a chargé le comité directeur de formuler une initiative pour un « Congé parental dans le canton de Berne » et de la présenter à un prochain congrès en vue de son lancement. Pour progresser, le canton de Berne doit se doter d’une politique familiale moderne, ce qui ne peut être que positif pour les familles, l’égalité des genres et l’économie. Il serait donc une bonne chose que le canton de Berne montre la voie avec d’autres cantons progressistes, en introduisant un congé parental. Cela exercerait en plus une pression bienvenue en faveur d’une solution au niveau national. « Un congé parental adapté permettrait de mieux concilier le travail et la famille tout en apportant une réponse à la menace d’une pénurie de personnel qualifié », déclare la vice-présidente du parti Tanja Bauer.

Le congrès a ensuite dressé le bilan des élections 2019. Hans Stöckli, qui a été élu au Conseil des Etats pour la troisième fois consécutive, et les quatre membres du Conseil national ont été particulièrement acclamés. Corrado Pardini et Adrian Wüthrich, qui n’ont pas été élus, et Margret Kiener Nellen, démissionnaire, ont été dûment remerciés pour leur travail. Dans son analyse, le PS du canton de Berne conclut que plusieurs facteurs ont contribué à ce résultat en demi-teinte : le PS n’a pas réussi à démontrer que le climat est en fait une question sociale, et il n’est pas non plus parvenu à convaincre sur des thématiques sociales importantes comme les primes d’assurance, les salaires, les rentes ou les loyers. « Nous avons besoin d’un pouvoir social fort. Nous allons donc continuer à nous battre avec conviction pour la justice sociale », promet le co-président du parti Ueli Egger.

Les délégués ont aussi décidé des consignes de vote en vue des votations du 9 février 2020. Le PS du canton de Berne se déclare favorable aux quatre objets : ce sera donc oui au concordat sur le transfert de la commune de Clavaleyres dans le canton de Fribourg et au crédit pour la place de transit à Wileroltigen, oui à l’initiative populaire « Davantage de logements abordables » et à l’extension de la norme pénale antiraciste. D’un point de vue cantonal, il est très important pour le PS que le crédit pour la place de transit de Wileroltigen soit accepté. La co-présidente du parti Mirjam Veglio considère « que pour le PS, il va de soi que les gens du voyage disposent de suffisamment de places de transit dans le canton de Berne ».

Stöckli reste aux Etats

Communiqué de presse

Le PS du canton de Berne adresse ses plus vives félicitations à son conseiller aux États pour sa réélection. Ce résultat est la preuve de la grande confiance dont il jouit auprès de la population et du respect gagné au-delà des clivages partisans pour son travail sous la Coupole fédérale. Pour la gauche, il est toutefois regrettable que les Verts manquent leur entrée au Conseil des Etats.

Hans Stöckli a été brillamment réélu au Conseil des États. Au vu de la forte concurrence, ce n’était pas gagné d’avance. Cela montre qu’Hans Stöckli continue à jouir d’une grande confiance auprès de la population, et ce bien au-delà des frontières du parti. Ce crédit est à mettre au compte du sérieux de son travail parlementaire et de sa capacité à créer des ponts. Dès l’année prochaine, ce sera d’ailleurs à lui qu’il reviendra d’assumer la présidence du Conseil des États. Le PS du canton de Berne adresse ses plus vives félicitations à son conseiller aux États pour sa réélection. « Ma réélection me procure une grande motivation pour ces quatre prochaines années. Je remercie chaleureusement toutes les électrices et tous les électeurs, » se réjouit Hans Stöckli.

Le PS déplore que les Verts aient manqué leur entrée au Conseil des Etats. C’est regrettable. Le PS félicite les Verts et Regula Rytz pour leurs bons résultats.

Hans Stöckli obtient le meilleur résultat

Communiqué de presse

Hans Stöckli obtient un brillant résultat à l’issue du premier tour des élections au Conseil des États. Voilà une belle preuve de la grande confiance dont il jouit auprès de la population et du respect gagné pour son travail en tant que conseiller aux Etats. Le PS félicite également Regula Rytz pour ses bons résultats. Les scores des deux candidats roses-verts sont de bon augure pour le second tour.

Hans Stöckli obtient un brillant résultat à l’issue du premier tour des élections du Conseil des États. Au vu du grand nombre de candidats, une élection directe tenait quasiment de l’impossible. Ce résultat montre qu’Hans Stöckli continue à jouir d’une grande confiance auprès de la population, et ce bien au-delà des frontières du parti. Ce crédit est à mettre au compte du sérieux de son travail parlementaire et de sa capacité à créer des ponts entre la Suisse romande et la Suisse alémanique, entre la ville et la campagne et entre la jeune et l’ancienne génération. « Je remercie chaleureusement toutes les électrices et tous les électeurs. Je suis prêt pour le second tour, pour lequel je vais encore donner mon maximum, » affirme Hans Stöckli.

 
Le PS remercie les Verts pour la bonne collaboration pendant la campagne; il félicite Regula Rytz pour ses bons résultats. Ces deux performances sont de bon augure pour le second tour. Les deux partis vont analyser la situation pour un deuxième tour et communiquer la suite du processus le mardi prochain.