Pour un congé parental digne de ce nom !

Avatar of AdminisAdminis - 06. juin 2019 - Communiqué de presse

Par voie de motion, le PS demande un congé parental de 38 semaines dans le canton de Berne. Le Conseil-exécutif rejette cette motion sous prétexte que cette question relève de la compétence de la Confédération, ce que le PS conteste. Il est grand temps d’avoir une politique familiale moderne. Le PS veut que les bases légales soient enfin modifiées au niveau fédéral pour que les cantons progessistes comme Berne puissent aller de l’avant.

En Suisse, les femmes et les hommes en âge d’exercer une activité lucrative travaillent à parts égales, mais les femmes gagnent globalement près de 100 milliards de francs de moins que les hommes.(1) La Suisse est ainsi l’un des cinq pays d’Europe où l’écart de revenu entre les femmes et les hommes est le plus important. Trois quarts de cette différence est dû au fait que les femmes réalisent la grande majorité du travail non rémunéré. La garde des enfants pèse lourd dans la balance : elles y consacrent pas moins d’un milliard d’heures par an.

« La garde des enfants n’est pas gratuite. Les femmes la compensent avec des pertes en termes de salaire, d’assurances sociales et de rentes. Le travail non rémunéré doit être réparti plus équitablement, et les parents doivent avoir du temps pour leurs enfants », déclare la dépu-tée au Grand Conseil Tanja Bauer. Or la politique familiale suisse est encore au Moyen Âge. Il n’y a aucune avancée, que ce soit au niveau national ou cantonal. Dans une motion, le PS de-mande donc au Conseil-exécutif d’introduire un congé parental de 24 semaines en plus des 14 semaines d’assurance maternité existantes.

De la parole aux actes

Sur le fond, le Conseil-exécutif est favorable à cette demande. Dans sa réponse, il souligne tou-tefois que cette compétence incombe à la Confédération. Le PS n’accepte pas d’en rester là. « Cela fait des décennies que ce sujet est débattu au Parlement, mais il n’y a guère de progrès. Il est temps d’adopter une politique familiale moderne », dénonce la députée au Grand Conseil Maurane Riesen. Le PS va soumettre une motion afin que le Grand Conseil dépose une initiative invitant l’Assemblée fédérale à redéfinir les compétences pour permettre aux cantons de pren-dre les devants en matière de politique familiale. Pour donner du poids à sa demande, le PS lance aujourd’hui un appel « pour un congé parental digne de ce nom » et pour une politique familiale moderne dans le canton.

Un congé parental permettrait aux mères et aux pères de passer plus de temps avec leur enfant et de partager équitablement la garde et les tâches domestiques. Les pères joueraient dès le début un rôle dans la vie des enfants et pourraient prendre davantage de responsabilités à la maison. Quant aux mères, elles parviendraient à mieux concilier famille et travail tout en étant indépendantes financièrement.

L’emploi des parents serait garanti pendant toute la durée du congé parental, et les mères comme les pères continueraient à recevoir leur salaire. Son financement serait similaire à celui de l’assurance-maternité actuelle. Ces solutions existent déjà dans de nombreux pays, où il est démontré que le congé parental a un impact positif sur l’économie et les recettes fiscales.

(1)https://feministische-fakultaet.org/3zahlen/

New comment

0 comments