News

Filtered by Adminis Reset filter

Le comité directeur recommande à l’unanimité Flavia Wasserfallen

Communiqué de presse

Le comité directeur du PS du canton de Berne recommande à l’unanimité au congrès du 31 août prochain de nommer Flavia Wasserfallen candidate aux élections au Conseil des États. Avec Flavia Wasserfallen, le PS dispose d’une excellente candidate pour défendre le siège du conseiller aux États Hans Stöckli lors des élections 2023.

En avril 2022, Hans Stöckli annonçait qu’après douze ans de bons et loyaux service, il ne se représenterait plus comme conseiller aux États du canton de Berne à la fin de cette législature. Le PS du canton de Berne a alors mis sur pied une commission de recrutement interne au parti, laquelle a présenté la candidature de la conseillère nationale Flavia Wasserfallen. 

Flavia Wasserfallen a pu se présenter au comité directeur lors d’une audition et a su le convaincre par son éloquence, ses vastes connaissances et sa solide expérience. Au cours des quatre dernières années, elle a parfaitement réussi à trouvé sa place au Conseil national et dispose d’un excellent réseau et inspire le respect par delà les frontières du parti. Spécialiste de la santé et des affaires sociales, elle s’est battue avec détermination pour l’initiative sur les soins infirmiers et l’initiative sur le tabac et a beaucoup contribué à l’acception de ces deux projets. La formation de majorités pour les questions de santé publique et de politique sociale est l’une de ses grandes forces, ce qui la prépare à travailler au Conseil des États. « Je considère que la diversité de notre canton est une chance, et en tant que conseillère aux États, je souhaite lutter contre les forces qui nourrissent le clivage entre la campagne, l'agglomération et la ville et entre la gauche et la droite », déclare Flavia Wasserfallen.

Le comité directeur est convaincu qu’avec cette politologue de 43 ans, membre d’un conseil d’administration et mère de trois enfants, le PS du canton de Berne dispose d’une excellente candidate. Il recommande donc à l’unanimité au congrès du 31 août prochain de nommer Flavia Wasserfallen candidate aux élections au Conseil des États. Mirjam Veglio, coprésidente : « Avec Flavia Wasserfallen, le comité directeur du PS du canton de Berne présente la candidate idéale pour défendre le siète d’Hans Stöckli au Conseil des États.

Une liste Femmes et une liste Hommes aux élections au Conseil national

Communiqué de presse

Lors de son congrès d’aujourd’hui à Bienne, le PS du canton de Berne a dressé le bilan des élections cantonales et décidé des listes pour les prochaines élections au Conseil national. Tanja Bauer et Hervé Gullotti ont en outre pris congé de la présidence du parti, et les délégué·es ont décidé des consignes de vote en vue des votations du 25 septembre.

Dans un premier temps, les délégué·es ont dressé le bilan des dernières élections cantonales. La perte de sièges au Grand Conseil et le fait de ne pas avoir obtenu la majorité au Conseil-exécutif sont un crève-cœur. Avec 19 % des suffrages et 32 sièges, le PS du canton de Berne demeure toutefois clairement le deuxième parti du canton. Le PS, en tant que principale force de gauche, entend par conséquent s’opposer aux plans de démantèlement prévus par l’UDC, le PVL, le PLR et le Centre et lutter avec encore davantage de détermination pour que chaque habitant·e du canton puisse mener une vie décente.

Dans un deuxième temps, les délégué·es ont décidé des listes pour les élections fédérales de 2023. Le PS du canton de Berne présentera à nouveau une liste Femmes et une liste Hommes. De cette manière, le parti propose une offre à toutes les personnes qui votent exclusivement pour des femmes, tout en protégeant les hommes et en garantissant la parité en cas de désistements. Avec deux listes, le PS dégage un potentiel de voix plus important. Les candidat·es seront nommés début 2023.

Autre fait marquant : Tanja Bauer et Hervé Gullotti ont pris congé de la présidence du parti, et hommage a été rendu à leur grand engagement pour le parti. La députée au Grand Conseil Tanja Bauer a notamment été l’initiatrice de l’initiative pour un congé parental cantonal, déposée avec succès il y a un an exactement. Président du Grand Conseil en 2021/2022, Hervé Gullotti a quant à lui a donné un visage à la partie francophone du canton et conduit avec la plus grande circonspection le Grand Conseil pendant la période difficile de la pandémie de coronavirus.

Par la suite, les délégué·es ont recommandé de voter oui à la votation cantonale du 25 septembre sur le droit de vote à 16 ans. Le PS du canton de Berne considère cette cause intergénérationnelle importante comme une priorité politique. Le parti a donc rapidement pris l’initiative de former un comité de votation sous la férule de la députée au Grand Conseil Karin Fisli. Pour ce qui est des votations fédérales, le parti cantonal suit les consignes de vote du PS Suisse et recommande de voter non à AVS21 et à l’abolition de l’impôt anticipé.

Contrer la pénurie de main-d’œuvre grâce au congé parental

Communiqué de presse

Communiqué de presse Comité congé parental

Aujourd’hui, le Conseil-exécutif bernois a pris position sur l’initiative pour un congé parental cantonal, que le Comité ad hoc a déposé voici un an avec près de 20’000 signatures. Son refus ne va pas seulement à l’encontre des intérêts de la population, mais aussi de l’économie. Au vu de la grave pénurie de personnel dans différents secteurs, cette question est en effet plus importante et actuelle que jamais.

L’initiative pour un congé parental demande l’introduction d’un congé parental de 24 mois qui viendrait s’ajouter aux congés de maternité et de paternité fédéraux. Les expériences d’autres pays montrent qu’un véritable congé parental permet de renforcer la relation entre les parents et l’enfant, de mieux concilier la famille et le travail et de favoriser l’égalité entre les hommes et les femmes. Voilà qui constituerait un progrès énorme pour la population bernoise. Pourtant, comme il l’a annoncé aujourd’hui, le Conseil-exécutif le rejette. Il a peur des coûts que cela engendrerait et ne veut pas être le canton à ouvrir la voie. Ces arguments témoignent d’un manque de courage, mais aussi d‘une désinvolture coupable face à la pénurie croissante de main-d’œuvre.

Que les cantons mènent la danse en matière de réformes sociales n’est pas nouveau : l’AVS ou le droit de vote des femmes en sont de vibrants exemples,. Puisque le congé parental n’avance pas au niveau fédéral, c’est aux cantons progressistes de prendre les devants. Ce faisant, ils se créent un avantage concurrentiel : les entreprises et leurs collaborateurs sont de plus en plus sensibles aux conditions favorables aux familles. Comme le déclare la présidente du comité et députée au Grand Conseil Tanja Bauer : « En période de grave pénurie de main-d’œuvre dans de nombreuses branches comme les soins, la formation ou encore l’industrie, un congé parental constitue un facteur crucial. Si le canton de Berne ne veut pas être relégué à l’arrière-plan, il doit devenir plus attrayant pour les familles et investir dans l’avenir. » 

Un congé parental est particulièrement important pour un canton de PME comme l’est Berne. De grandes entreprises ont déjà introduit un congé de ce type à titre volontaire, car elles savent que c’est bon pour es affaires. Les PME bernoises pourraient aussi profiter des avantages d’un congé parental cantonal. Des modèles de calcul de l’UE montrent que l’utilité économique d’un congé parental en surpasse les coûts, car en améliorant le taux d’emploi des femmes, il permet de générer suffisamment de recettes fiscales supplémentaires pour en couvrir les frais. 
 

Démission de Tanja Bauer et d’Hervé Gullotti

Communiqué de presse

C’est avec grand regret que le PS du canton de Berne prend acte de la démission de la direction du parti de ses deux vice-président·es Tanja Bauer et Hervé Gullotti lors du congrès du 18 juin prochain. Le parti les remercie tous deux pour leur grand engagement et leur souhaite plein succès pour la suite de leur travail politique en son sein.

En prévision du congrès du 18 juin prochain, les deux député·es au Grand Conseil Tanja Bauer et Hervé Gullotti ont annoncé leur démission en tant que vice-président·es du PS du canton de Berne. Tous deux avaient déjà pris leur décision avant les élections au Grand Conseil et l’avaient annoncée à la direction du parti. Le PS du canton de Berne regrette leur départ et les remercie pour leur grand engagement au service du parti.

La députée Tanja Bauer avait été élue à la vice-présidence du PS du canton de Berne le 7 novembre 2018. La politologue et parlementaire de Köniz a rempli son mandat de vice-présidente avec beaucoup de dévouement. Elle a notamment été l’initiatrice de l’initiative pour un congé parental cantonal, déposée avec succès il y a un an exactement. Fin septembre, Tanja Bauer s’est portée candidate à la présidence de la commune de Köniz. Elle déclare : « Ce sont les personnes qui me motivent à m’engager politiquement, tant au niveau cantonal que dans ma commune de domicile à Köniz. Mon but est que chacun·e puisse mener une vie dans la dignité. »

Le député Hervé Gullotti avait quant à lui été élu à la vice-présidence du PS du canton de Berne le 4 novembre 2020. L’historien de Tramelan a en particulier fait entendre la voix des membres francophones du PS au sein de la direction du parti. Président du Grand Conseil en 2021/2022, il a donné un visage à la partie francophone du canton et a conduit avec la plus grande circonspection le Grand Conseil pendant la période difficile de la pandémie de coronavirus. Il déclare : « Ce fut pour moi un grand honneur de m'engager pour le PS du canton de Berne et en particulier pour ses membres francophones. Berne doit rester fidèle à sa fonction de canton pont entre la Suisse alémanique et la Suisse romande. »

Merci, Hans Stöckli

Communiqué de presse

Après douze ans de bons et loyaux services, Hans Stöckli a annoncé aujourd’hui qu’il ne se représenterait pas comme conseiller aux États du canton de Berne à la fin de cette législature. Le PS du canton de Berne le remercie pour son excellent travail. Le PS mettra tout en œuvre pour défendre son siège lors des élections au Conseil des États en 2023. Grâce à son bon travail de préparation, le parti dispose d’un éventail de personnes qui remplissent parfaitement les conditions pour le remplacer.

Après douze ans de bons et loyaux services, Hans Stöckli a annoncé aujourd’hui qu’il ne se représenterait pas comme conseiller aux États du canton de Berne à la fin de cette législature. Le PS du canton de Berne le remercie pour son excellent travail, que ce soit au Conseil des États, au Conseil national, au Grand Conseil ou encore à la présidence de Bienne. À chaque élection, Hans Stöckli s’est imposé face à une très rude concurrence grâce à sa personnalité et à son ardeur à la tâche. Dans ses fonctions de conseiller aux États, il a notamment apporté une contribution importante à la politique de la santé. Outre sa présidence du Conseil des États en 2019/2020, l’acceptation de l’initiative « Enfants sans tabac » a constitué son plus grand succès. Mirjam Veglio, coprésidente : « Hans Stöckli s’engage avec un inlassable enthousiasme pour l’ensemble du canton de Berne et de ses habitants. Il laissera aussi des traces profondes dans la politique fédérale. »

Pour le PS, il est clair que le canton de Berne a besoin d’une représentation cantonale partagée. Le parti aimerait donc à nouveau présenter un ticket double avec les Vert·es aux élections au Conseil des États en 2023. Il mettra tout en œuvre pour défendre le siège de Hans Stöckli. La prochaine étape consistera pour le PS à réunir une commission de recrutement interne au parti. Après avoir été représenté par un homme pendant douze ans, le PS souhaite à nouveau présenter une femme. Une femme socialiste a déjà rempli ce rôle avant Hans Stöckli : l’actuelle conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. Grâce au bon travail de préparation accompli par le PS depuis des années, le parti dispose aujourd’hui d’un éventail de personnes parfaitement qualifiées pour cette charge. Les candidat·es intéressés pourront déposer leur dossier auprès de la commission de recrutement ces prochains mois. La nomination est prévue lors du congrès du 2 novembre 2022. « Le PS du canton de Berne est prêt, il dispose de personnes parfaitement qualifiées pour défendre son siège au Conseil des États », déclare Ueli Egger, coprésident du parti.

Le PS demeure clairement le deuxième parti du canton

Communiqué de presse

Avec 19% des suffrages et 32 sièges, le PS du canton de Berne demeure clairement le deuxième parti du canton. Le Grand Conseil reste toutefois dominé par la droite. Principale force de gauche, le PS entend par conséquent s’opposer aux projets de démantèlement auxquels il faut s’attendre de la part des partis bourgeois. Le PS continuera à œuvrer pour que chaque résident·e du canton puisse mener une vie digne.

Avec 19% des suffrages et 32 sièges, le PS du canton de Berne demeure clairement le deuxième parti du canton. Ce résultat est le fruit d’une campagne engagée pour un canton de Berne solidaire et progressiste. Le Grand Conseil reste toutefois dominé par la droite. Principale force de gauche, le PS entend par conséquent s’opposer aux projets de démantèlement auxquels il faut s’attendre de la part des partis bourgeois. Le SP regrette la non-réélection de plusieurs membres très méritants du Grand Conseil et les remercie chaleureusement pour leur travail. Les raisons de ce résultat doivent maintenant être analysées en détail.

Le PS continuera à lutter pour que chaque résident·e de ce canton puisse mener une vie digne. Le PS réclame un système de formation équitable grâce au développement de l’éducation de la petite enfance et des écoles à horaire continu. Le PS veut une politique familiale moderne avec un congé parental digne de ce nom et des crèches gratuites. Le PS demande un système de santé de qualité grâce à l’extension des subsides et de meilleures conditions de travail pour le personnel soignant. Le PS s’engage pour une protection du climat socialement acceptable grâce à une offensive dans le domaine des transports publics et à la promotion des énergies renouvelables. Le PS veut plus de solidarité et de progrès pour tous.

Le PS félicite chacun·e de ses élu·es. Un grand merci à tous les électeurs et électrices qui ont donné leur voix au PS, aux candidat·es qui ont fait campagne d’arrache-pied ainsi qu’à tous les bénévoles pour leur énorme soutien. Cette campagne n’aurait pas été possible sans eux.

Continuer à défendre un canton de berne social et écologique

Communiqué de presse

Le PS et les Verts du canton de Berne félicitent leur quatre candidat·es au Conseil-exécutif Evi Allemann, Christoph Ammann, Christine Häsler et Erich Fehr pour leurs très bons résultats et les remercient pour leur campagne engagée. La non-élection d’Erich Fehr est regrettable. Le PS et les Verts attendent des partis bourgeois qu’ils prennent leurs responsabilités et tiennent dûment compte des préoccupations de la minorité.

Les quatre candidat·es roses-vert·es au Conseil-exécutif Evi Allemann, Christoph Ammann, Christine Häsler et Erich Fehr avaient pour objectif de récupérer la majorité au gouvernement. Ils n’y sont pas parvenus. Le canton de Berne continuera à être gouverné par une majorité de droite durant la prochaine législature.

Le PS et les Verts sont conscients qu’il faut davantage investir dans la formation, la recherche et la numérisation. Chacun doit pouvoir compter sur un filet social sûr et un système de santé de qualité. Le développement durable ne peut être assuré qu’au prix de mesures beaucoup plus efficaces pour protéger le climat et promouvoir les énergies renouvelables. Tous les êtres humains, quels que soient leur genre, leur orientation sexuelle, leur origine ou leur langue, doivent enfin avoir les mêmes droits.

Bien que cela n’ait pas suffi à obtenir la majorité, l’équipe rose-verte a remporté une grande victoire avec l’élection d’Evi Allemann, Christoph Ammann et Christine Häsler. Les trois conseillers d’État mettront tout en œuvre pour donner une voix à la minorité en faveur d’un canton de Berne social et écologique. Les raisons de ce résultat doivent être analysées en détail. Les partis bourgeois doivent maintenant assumer leurs responsabilités et tenir dûment compte des préoccupations de la minorité.

Le PS et les Verts du canton de Berne remercient Christoph Ammann, Evi Allemann, Christine Häsler et Erich Fehr pour leur énorme investissement durant la campagne ! Un grand merci également à tous les bénévoles qui ont œuvré d’arrache-pied pour le PS et les Verts tout au long de cette campagne.

Pour la gratuité des crèches

Communiqué de presse

Le PS du canton de Berne a déposé au Grand Conseil une motion pour la gratuité des crèches. Au même titre que l’école obligatoire, l’accueil extrafamilial des enfants constitue une mission de service public. Il se doit donc d’être gratuit et accessible à tous. D’autre part, il convient également d’améliorer les conditions de travail des professionnels de la petite enfance.

Le PS du canton de Berne a déposé au Grand Conseil une motion pour la gratuité des crèches. L’accueil extrafamilial des enfants en crèches est un pilier important de l’éducation de la petite enfance et constitue une tâche qui incombe à la société dans son ensemble, au même titre que l’enseignement obligatoire. Il s’agit donc d’une mission de service public qui requiert un financement analogue à celui de l’école obligatoire, la gratuité et l’accès à tous.

La gratuité de l’accueil extrafamilial permet aux deux parents de travailler. Ce principe est particulièrement important pour l’économie dans une période où la pénurie de main-d’œuvre qualifiée s’amplifie, et il renforce l’égalité : toutes les familles peuvent choisir comment elles souhaitent répartir les responsabilités professionnelles et éducatives, indépendamment de leur revenu. Selon la députée au Grand Conseil et vice-présidente du parti cantonal Tanja Bauer, « l’accueil extrafamilial des enfants constitue une mission de service public au même titre que l’école obligatoire. Les parents ne devraient rien avoir à débourser pour la crèche. »

Seules de bonnes condition de travail permettent de garantir un accueil de qualité. Pour tenir compte de la diversité à la fois enrichissante et exigeante des enfants et développer leur potentiel respectif, les professionnels de la petite enfance ont besoin de temps et d’un salaire suffisant. « La gratuite de l’accueil extrafamilial ne peut se concevoir au détriment du personnel », déclare la députée au Grand Conseil et coprésidente du parti Mirjam Veglio. « Le canton doit donc davantage assumer ses responsabilités dans le financement des crèches afin d’améliorer les conditions de travail. »

La motion fait explicitement référence à l’initiative fédérale sur les crèches qui sera lancée par le PS Suisse le 8 mars prochain. Il est de la responsabilité de la Confédération de financer l’accueil extrafamilial des enfants avec les cantons.

Pour que le bien-être de chacun·e soit au centre des préoccupations

Communiqué de presse

La coprésidente du PS Suisse, Mattea Meyer, a donné le ton des élections cantonales à venir lors du congrès du PS du canton de Berne qui s’est tenu aujourd’hui. Ces élections décideront du futur visage du canton. Le PS entend briser la domination de l’UDC et amener le canton vers plus de solidarité et de progrès. Par ailleurs, l’ancienne conseillère d’État Barbara Egger-Jenzer a été élue à la CdG, et les délégués ont décidé des consignes de vote en vue des votations du 15 mai prochain.

Ces élections détermineront si les programmes de démantèlement et les cadeaux fiscaux destinés aux riches imposés par la droite se poursuivront ou si le bien-être des personnes qui vivent ici sera au centre des préoccupations. Le PS entend briser la domination de l’UDC et amener le canton vers plus de solidarité et de progrès. Il s’agit du seul parti qui s’implique pour une véritable égalité pour tous. Le PS a lancé un référendum pour s’opposer au démantèlement de l’AVS. Le PS lutte pour un congé parental digne de ce nom et la gratuité des crèches. Le PS s’engage pour des salaires équitables et plus de justice fiscale. Dans son intervention, la coprésidente du PS Suisse Mattea Meyer a encouragé les délégués du PS du canton de Berne : « Nous venons de gagner la votation sur le droit de timbre, le référendum sur l’AVS sera bientôt déposé et l’initiative sur les crèches sera lancée sous peu. Le PS s’engage en faveur d’une prévoyance vieillesse sûre, pour plus de justice fiscale et une politique familiale moderne. »

En outre, l’ancienne conseillère d’État Barbara Egger-Jenzer a été élue à la Commission de gestion (CdG). Le PS se réjouit vivement du soutien apporté par un membre de ce calibre. Les délégués ont également décidé des consignes de vote en vue des votations du 15 mai prochain. Sur le plan cantonal, le PS du canton de Berne soutient la modification de la Constitution cantonale selon laquelle les initiatives populaires primeront sur les propositions subsidiaires du Grand Conseil. Il ne doit plus être possible de court-circuiter les droits populaires, comme l’avait fait la majorité bourgeoise au Grand Conseil en 2015 au sujet des subsides d’assurance-maladie. Pour ce qui est des consignes de vote au niveau fédéral, le PS du canton de Berne se calque sur le PS Suisse : les délégués disent oui à la loi sur la transplantation, oui à la loi sur le cinéma et non au développement de l’acquis de Schengen.

Il est temps de lancer une offensive dans le domaine des transports publics

Communiqué de presse

Le PS du canton de Berne déplore le non à la modification de la loi sur l’imposition des véhicules routiers. Le lien entre l’impôt sur les véhicules et la baisse de l'impôt sur le revenu n’a pas convaincu. Il faut maintenant d’autres mesures pour inverser la tendance en matière de transport et réduire les émissions de CO2. Le PS demande donc une offensive dans le domaine des transports publics sur l’ensemble du canton.

Le PS du canton de Berne déplore le non à la modification de la loi sur l’imposition des véhicules routiers. Le lien entre l’impôt sur les véhicules et la baisse de l'impôt sur le revenu n’a pas convaincu. Alors que le PS était favorable à une augmentation de l’impôt sur les véhicules à moteur, le parti s’est dès le départ montré critique à l’égard de la baisse de l’impôt sur le revenu : la réduction linéaire des impôts ne concerne que les hauts revenus. La grande majorité de la population n’en profiterait guère.

Il faut maintenant d’autres mesures pour inverser la tendance en matière de transport et réduire les émissions de CO2. La population a besoin d’alternatives attrayantes pour passer à d’autres modes de transport. Le PS demande donc une offensive dans le domaine des transports publics sur l’ensemble du canton. Une motion sera déposée dans ce sens lors de la session de printemps du Grand Conseil. Mirjam Veglio, coprésidente : « Réduire durablement le trafic routier implique le développement des transports publics, que ce soit en zones urbaines ou rurales. Le PS demande donc une offensive dans le domaine des transports publics ! »