Développer les droits politiques

Avatar of Adminis Adminis - 23. novembre 2020 - Communiqué de presse

Le PS du canton de Berne se déclare favorable à l’abaissement à 16 ans de l’âge du droit de vote. Le parti demande toutefois que cela s’applique non seulement au droit de vote mais également au droit d’éligibilité. De plus, il aimerait profiter de la révision partielle de la Constitution pour développer davantage les droits politiques au niveau communal des personnes sans passeport suisse.

Le PS du canton de Berne approuve la demande d’accorder le droit de vote à 16 ans sur le plan cantonal et communal. De plus en plus de jeunes s’impliquent à fond dans des questions politiques. Ils devraient donc avoir la possibilité de mettre en pratique leurs connaissances théoriques en matière politique à la fin de leur scolarité obligatoire. Au vu du taux de participation aux votations régulièrement faible, il est aussi hautement souhaitable qu’il y ait davantage de personnes à pouvoir se rendre aux urnes.

Toutefois, le PS ne comprend pas que les jeunes de moins de 18 ans puissent obtenir le droit de vote, mais pas le droit d’éligibilité. « Cette distinction entre droit de vote et d’éligibilité est un affront à tous ceux qui font déjà de la politique, par exemple dans un parlement des jeunes », déclare Karin Fisli, députée au Grand Conseil. C’est pourquoi nous demandons aussi le droit d’éligibilité à 16 ans. » Cette distinction complique en outre les bases juridiques et leur application au sein des communes.

De plus, le PS demande que l’on profite de la révision partielle de la Constitution pour donner la possibilité aux communes d’étendre les droits politiques sur le plan local. Elles pourraient ainsi par exemple introduire un droit de vote et un droit électoral pour les personnes n’ayant pas le passeport suisse. « Dans certaines communes bernoises, près d’un tiers des habitants ne disposent pas du passeport suisse », déclare la députée au Grand Conseil Samantha Dunning. « De ce fait, une grande partie de la population est exclue du processus de décision, ce qui est extrêmement discutable d’un point de vue démocratique. Nous aimerions donc donner plus d’autonomie aux communes dans ce domaine. »

Réponse à la consultation

New comment

0 comments